La genèse du jumelage

ou comment le mouton peut rapprocher deux communes

L'histoire commence à I'automne 1987. Un saint-martinois, M. Philippo réunit dans la salle d'honneur de la mairie des saint-martinois intéressés par un jumelage. La réunion avait été annoncée par voie de presse et une trentaine de personnes étaient présentes. Dans un premier temps il s'agissait simplement de décider avec quel pays on pouvait envisager un jumelage. Différents avis s'exprimaient alors. Les professeurs d'anglais du collège et d'autres penchaient pour l'Angleterre, mais 1'Italie, 1'Espagne et même la Mauritanie étaient proposées. Il était alors procédé à un vote à bulletin secret dont 1'Angleterre sortait largement en tête. Il y avait aussi une voix pour "l'Allemagne du Sud" ! Banco pour 1'Angleterre ! Il était ensuite procédé à l'élection du premier bureau. M. Philippo était élu président, M. Urvoy secrétaire et M. Espagnet trésorier. M. Gaston Therras était quant à lui Représentant délégué par la municipalité.

 

La Chartre du jumelage se trouve dans un ancien registre. C'est un dessin, sur papier genre parchemin. Des deux exemplaires un est exposé sous cadre à la mairie de Saint-Martin, le deuxième dans le Rathaus de Markgröningen.

L'année suivante Mme Valle devenait Vice-Présidente. Les statuts furent déposés en Sous-préfecture d'Arles le 20 octobre et la déclaration paraissait au Journal Officiel le 11 novembre 1987. Il s'agissait donc de nous trouver une jumelle. C'est alors que les difficultés commencèrent. Nous nous aperçûmes très vite que l'Angleterre était saturée en jumelages. La prééminence de la langue anglaise faisait que toute l'Europe cherchait des associations avec des villes anglaises. Nous ne trouvâmes que des grosses banlieues de Londres ou des villes à notre taille mais situées au fin fond de 1'Irlande ou dans l'extrême nord écossais. L'éloignement en aurait rendu tout échange extrêmement difficile.

Alors que nous désespérions M. Therras fut délégué par M. Vulpian pour le représenter à un congrès sur I'environnement à Stuttgart en Allemagne. A cette occasion M. Therras devait nouer des contacts avec des maires de la région et rapidement I'un d'entre eux se montra intéressé. Il s'agissait d'une agglomération de la même importance que Saint-Martin située à proximité de Stuttgart au Land du Baden-Württemberg, "Markgröningen". Le Conseil d'Administration décidait alors d'abandonner la piste anglaise pour se consacrer à la possibilité allemande. Markgröningen possédait de nombreux atouts. Relative proximité, Markgröningen est moins éloignée de St Martin que Lille, Dunkerque ou Brest, ville de même importance (12 000 habitants), et surtout une tradition très ancienne de 1'élevage du mouton.

La grande fête annuelle de Markgröningen n'était-elle pas le Schäferlauf ou "Course des Bergers" ? Des courriers s'échangèrent et des visites réciproques s'organisèrent. Les débuts furent prudents. Une délégation officielle du Club de Jumelage se rendait à Markgröningen et était reçue avec beaucoup de chaleur par le maire M. Vogel. En retour ce fut la presque totalité du Conseil Municipal de Markgröningen qui nous rendit visite au printemps 1989. Les délégués étaient reçus solennellement en Mairie par M. Vulpian. A la suite de ces deux visites les deux parties décidèrent alors d'unir leurs destins.

La Charte de Jumelage fut signée en Mairie de Saint-Martin le 12 novembre 1989 (pour mémoire: le Mur était tombé la veille).

La cérémonie retour se déroulait à Markgröningen le 10 décembre de la même année.

Ajouter un commentaire